Donald Trump et Boris Johnson, les vrais amis du brexit

Donald Trump et Boris Johnson, les vrais amis du brexit

0

Il faut bien avouer, que parfois les choses tournent vraiment du bon côté. Les dernières fuites dans la presse compromettent Kim Darroch, un ambassadeur aux idées pro-européennes pas vraiment le bienvenu en cas de victoire de Boris Johnson. Elles jettent aussi le discrédit sur le Foreign Office, pourtant réputé pour son professionnalisme et sa loyauté. Ces fuites entachent aussi un peu plus l’actuelle Premier ministre. Au passage, on pourra remarquer la bonne entente entre le président américain Donald Trump et Boris Johnson, le probable prochain Premier ministre du Royaume-Uni.

Le torchon brûle entre Londres et Washington, mais inutile de s’inquiéter, si Boris Johnson devient Premier ministre, tout va se régler d’un coup. C’est à peu près le message assez simpliste que nous proposent les 2 protagonistes principaux de cette histoire. Pour l’instant, Donald Trump est en train de donner un bon coup de main à son ami Boris Johnson, au cas où certains hésiteraient encore à lui donner la place qu’il mérite.

Une enquête est actuellement menée pour identifier la provenance des indiscrétions, par lesquelles tout a démarré. En attendant, le but semble atteint, le diplomate défenseur de l’Europe et du multilatéralisme est écarté et son poste pourra être occupé par une personnalité disons plus conciliante. A ce propos, il est à noter, que la fuite du Mail on Sunday, a été publiée par une journaliste proche d’Arron Banks, financier de la campagne pro-Brexit du leader d’extrême droite Nigel Farage. Du coup, une remarque du président Trump revient sur le devant de la scène. En novembre 2016, Donald Trump avait déclaré “beaucoup de gens aimeraient voir Nigel Farage représenter la Grande-Bretagne comme ambassadeur aux Etats-UnisIl ferait un excellent travail ! La boucle est bouclée, même si actuellement Nigel Farage dément toute volonté de briguer la place.

Au-delà de ce jeu de chaises musicales, il apparaît aussi, de plus en plus la perspective d’un accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis. C’est une des grandes trouvailles des partisans du Brexit. Cet accord extraordinaire selon le président américain est une vraie aubaine. Il compenserait largement l’appartenance au marché unique européen. D’ailleurs, Liam Fox, ministre britannique du commerce extérieur, se trouve à Washington pour faire avancer les choses dans ce domaine.

Il reste, quelques esprits chagrin qui font remarquer, que cet accord pourrait accentuer la dépendance du pays à l’égard de Washington. Le Brexit, serait la sortie d’une union, certes difficile avec des partenaires similaires, pour entrer dans une collaboration inégale avec un partenaire largement plus puissant. La dépendance qui en résulterait pourrait commencer à se faire sentir, avec par exemple du mouvement diplomatique imposé. William Hague, ancien ministre des affaires étrangères, l’explique “on ne peut pas changer un ambassadeur à la demande d’un pays étranger”.

Heureusement, au final Kim Darroch a démissionné. Décidément, il faut bien avouer, que parfois les choses tournent vraiment du bon côté.

Crédit photo : BackBoris2012

 

 

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez