Mediapart vs François de Rugy, que le combat médiatique commence

Mediapart vs François de Rugy, que le combat médiatique commence

0

Tout se met en place pour que nous assistions à la rentrée, et durant pas mal de temps à un sévère combat entre l’ex-ministre de la Transition écologique et le site d’information en ligne. Les enquêtes de l’Assemblée nationale et du secrétariat général du gouvernement, sur son train de vie, ne révélent rien de particulièrement répréhensibles aux yeux de la loi. Il entend, bien se venger du média, qui a mené une enquête à charge contre lui et qui lui a coûté sa place.

Si les pratiques restent aux yeux de la morale très contestables, François de Rugy entend bien laver en partie son honneur. De son côté, Médiapart ne va rien lâcher, s’il veut rester le champion du journalisme indépendant et qui n’a peur de rien. De plus, un peu de battage médiatique n’a jamais fait de mal aux affaires. Tous les ingrédients, sont donc réunis pour nous infliger un beau déballage de déclarations, une série de scoops, de condamnations et bien d’autres.

Pour ce combat, nous avons à notre droite, François qui va Rugyre, car il le déclare lui-même, “je ne lâcherai rien. Je suis combatif et déterminé”. Il veut profiter des résultats des investigations diligentées par le Secrétariat général du gouvernement (SGG). Celles-ci démontrent que les 63 000 euros dépensés, pour la rénovation de son ancien logement ministériel à l’hôtel de Roquelaure (VIIe), n’ont pas été superficiels. De même, pour les dîners à l’hôtel de Lasay, résidence des présidents de l’Assemblée nationale, qui seraient légalement tous considérés d’ordre professionnel. L’ancien numéro deux du gouvernement et ses avocats veulent, selon eux transformer l’affaire de Rugy en affaire Mediapart. Pour cela, ils ont déposé plainte en diffamation.

A notre gauche, le site d’information en ligne bien décidé à ne pas se laisser faire. Il déclare “Mediapart maintient l’intégralité de ses informations” par l’intermédiaire de Fabrice Arfi, co-responsable du pôle enquêtes. Il apparaît très serein, notamment sur le caractère privé des dîners organisés à l’époque par les Rugy.

Le combat se fera en plusieurs rounds et donnera lieu à un déballage qui va bien nous occuper et faire du buzz pendant un bon bout de temps. Il sera difficile de séparer le bon grain de l’ivraie, en espérant qu’il y ait du bon grain. Il est permis de penser, que les coups en dessous de la ceinture seront cette fois permis.

En guise de prémices, les yeux se sont braqués sur les deux enquêtes internes. Du côté de Matignon, on précise que la personne en charge du dossier est une contrôleuse générale des armées. Elle est décrite comme “une personnalité indépendante, à la moralité irréprochable et qui fait autorité“. Evidemment, cela ne convint pas du tout à Médiapart qui met en doute l’impartialité des enquêtes menées par des organismes dans le giron du pouvoir. “Nous n’attendons pas grand-chose d’enquêtes qui ne sont pas indépendantes de leur sujet“, répète le journaliste.

La suite des événements va certainement tourner autour de notions très nobles, comme le droit de savoir, la loi, la morale, la liberté de la presse. Par contre, il ne sera pas question de déballage, d’acharnement, de médiatisation à outrance, ou de prise de profit, de folie des grandeurs et de perte de vue du service de l’Etat.

Crédit photo : lady justice

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez