États-Unis : le produit phare de la rentrée pourrait être le sac à dos pare-balles

États-Unis : le produit phare de la rentrée pourrait être le sac à dos pare-balles

0

Nous sommes en plein mois d’août et cependant, marketing oblige, les achats de la rentrée se mettent déjà en place. Le doux son des accessoires indispensables pour une bonne rentrée scolaire de nos enfants se fait entendre. Si en France, il est encore question de gommes, de feutres plus ou moins indélébiles et d’effigies de nouveaux héros, plus ou moins débiles sur les cahiers, les choses sont plus sérieuses aux Etats-Unis. Là-bas, l’achat en vogue et qui a le vent en poupe, c’est tout simplement le sac à dos pare-balles.

Nous entrons ici en plein dans les conséquences de toutes les fusillades qui touchent le pays. Dernièrement, celles survenues à El Paso, au Texas, et Dayton, dans l’Ohio, ne sont que les dernières d’une liste impressionnante. En tout, l’année dernière, il y a eu 110 tueries de masse dans les écoles américaines. Tout cela n’a pas échappé aux fabricants, soucieux de trouver l’objet que l’on va s’arracher pour la rentrée scolaire. Terrible constat que de s’apercevoir que le sac à dos pare-balles, vient d’enregistrer un bond de ses ventes.

On imagine l’ambiance et ce qui peut passer dans la tête des enfants qui vont à l’école, ainsi protégés. Cependant, ce scénario digne de récit de science-fiction est en train de se mettre en place. Le sac sera disponible dans les supermarchés du pays, son nom est le “backpack bulletproof”. Il a été étudié pour arrêter des balles d’armes de poing, tel qu’un 9 mm ou un 44 Magnum. Ses promoteurs insistent sur le fait, qu’il peut sauver la vie de votre enfant en cas d’attaque. Un argument massue qui évidemment fait mouche dans de nombreuses familles.

Du côté des consommateurs et de leurs associations, on reproche toutefois à ces dernières de profiter des récentes tueries de masse pour vendre leur produit à plus de 100 dollars. Ils profitent bien sûr de la peur générée par les événements sans se soucier que cela représente un coût important pour beaucoup de familles.

Vendre plus de protection pour se protéger de plus d’armes vendues, les intérêts des uns rejoint les intérêts des autres. Au milieu de tout cela, il y a surtout des enfants dont le souci majeur en allant à l’école, ne sera bientôt plus d’aller apprendre, mais juste de rester en vie. Enfin, les enfants de ceux qui vendent les armes ou les protections contre, fréquenteront certainement des établissements protégés, où le port du cartable sera inutile.

Crédit photo : Yves S

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez