G7 : faire le tri dans les déclarations, des intentions, des surprises

G7 : faire le tri dans les déclarations, des intentions, des surprises

0

Inutile de revenir sur les multiples déclarations, invectives et différentes polémiques, qui ont émaillé le sommet. Tout ce battage médiatique, parfois intéressant, souvent manipulé et la plupart du temps anecdotique, ne doit pas masquer les vrais enjeux. Il faut revenir sur les sujets abordés, et ce qui a été clairement décidé ou…pas.

Parmi les sujets centraux, il est difficile de ne pas aborder la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Les répercussions de cet affrontement sur l’économie mondiale inquiètent l’ensemble des dirigeants. Durant le sommet, Chinois et Américains ont appelé au dialogue dans l’espoir de résoudre leur guerre commerciale. A Biarritz, le président américain Donald Trump, c’est un peu détendu sur le sujet. Il a annoncé, que les négociations avec la Chine allaient reprendre “très prochainement”. De son côté, le principal négociateur chinois Liu He, a assuré que Pékin était prêt à “résoudre calmement le problème par des consultations et la coopération“. Pas de décisions retentissantes, pas de calendrier fixe, on peut dire que si les choses n’ont pas dégénéré, elles n’ont pas beaucoup avancé sur le sujet.

Accord en vue concernant la taxe GAFA

Dans la série, les sujets qui fâchent, Biarritz aura aussi permis de constater qu’il n’y a aucune avancée sur la question de la frontière irlandaise. Apparemment, le sujet est un “grand oubli” des brexiteurs, qui n’ont visiblement juste rien prévu de concret. De fait, c’est un gros point noir des négociations, avant le 31 octobre, date à laquelle le Royaume-Uni sera hors de l’UE. Concernant le Brexit, le sommet aura surtout permis à M. Johnson de se rapprocher de Donald Trump, pour nouer à tout prix des relations commerciales avec les Etats-Unis. Les adversaires du Brexit, feront remarquer que cela s’apparente à se mettre dangereusement sous la dépendance américaine, au lieu de s’affranchir des obligations européennes.

Parmi les avancées, on peut se réjouir de l’accord entre les conseillers des finances de la France et des Etats-Unis sur la taxe numérique française (taxe Gafa) en marge du G7. Ce projet d’accord prévoit un remboursement aux entreprises par la France de la différence entre la taxe française et le nouveau système. Celui-ci, a été instauré sous l’égide de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

L’Iran en “guest star” du sommet du G7

Enfin, comme toujours, on garde une petite place pour les surprises. Cette année, c’est le dossier du nucléaire iranien. Emmanuel Macron, a essayé de jouer la carte du grand négociateur auprès de Donald Trump. Il s’agit de faire descendre la pression avec Téhéran. Mohammad Javad Zarif, a rencontré Emmanuel Macron et son homologue français Jean-Yves Le Drian, ainsi que deux autres pays européens, signataires de l’accord sur le nucléaire iranien, l’Allemagne et Grande-Bretagne. Les discussions ont été qualifiées de “positives”, et “vont se poursuivre”. La France, a rappelé que le ministre Iranien, sous le coup de sanctions américaines, était venu à Biarritz “en accord” avec les Etats-Unis.

Enfin, actualité oblige, il fut question des incendies en Amazonie. Un sujet abordé par Emmanuel Macron à la dernière minute. La mise en lumière du sujet, n’a pas vraiment été du goût du président Brésilien. Pour lui, c’est une affaire interne au Brésil, qui n’a de “remarques” à avoir de personne. Cependant, les appels à l’aide lancés par la Colombie sur le même thème, montrent à quel point le sujet devient international.

Un vrai sommet donc avec de petites, mais réelles avancées. Tout cela, masqué par de grandes déclarations, mais plus évasives. Des convergences, des désaccords et en primes des tweets et des déclarations tapageuses et racoleuses pour les médias. Que demande le peuple ? Tout cela peut paraître inutile, mais comme nombre de réunions, c’est quand elles n’existent plus que l’on s’aperçoit de leur utilité.

Crédit photo : tao punk

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez