Ouragan Dorian : pluie de “tweets” présidentiels et tempête dans les services météo américains

Ouragan Dorian : pluie de “tweets” présidentiels et tempête dans les services météo américains

0

Difficile de contredire le président américain, surtout sur les réseaux sociaux. Les météorologues américains en ont malencontreusement fait l’expérience avant le passage de l’ouragan Dorian. Le Président avait émis sur Twitter ses propres prévisions météo. Un exercice d’équilibriste s’est donc mis en place pour les météorologues. En effet, difficile de faire coïncider rigueur scientifique pour des prévisions destinées aux habitants et vision présidentielle de la météorologie.

Les soucis ont commencé pour le bureau du National Weather Service à Birmingham dans l’Alabama, l’équivalent du Météo France local, lorsque Donald Trump a tweeté, “Caroline du Sud, Caroline du Nord, Géorgie et Alabama seraient très probablement touchés (beaucoup) plus fort que prévu” par l’ouragan Dorian. Fort de ses résultats et surtout pour ne pas affoler inutilement tout le monde, il a fallu pour les météorologues repréciser que l’Alabama ne subira pas d’impact de Dorian.

L’affaire aurait pu s’arrêter là, et chacun se satisfaire d’une situation au final, moins grave que prévue, pour l’Etat concerné. Hélas, on ne sait exactement pas pourquoi, le président a confirmé que l’Alabama se retrouvait sur la trajectoire potentielle de l’ouragan.

Pire que cela, ce n’est plus sur les terres américaines que la tempête faisait rage, mais bien dans les bureaux des météorologues. Le New York Times relate que le ministre du Commerce Wilbur Ross, serait allé jusqu’à menacer de limoger de hauts responsables s’ils ne publiaient pas sur-le-champ un communiqué défendant le président. Du coup, nous avons eu droit à un festival de diplomatie interne pour ne froisser personne, sans toutefois dire n’importe quoi. Cela donne concrètement que l’Administration océanique et atmosphérique (NOAA), qui chapeaute les services météo évoque des informations initiales montrant que des vents de force tropicale “pouvaient toucher l’Alabama“.

En fait, comme prévu par les personnes compétentes en la matière, Dorian n’a jamais touché l’Alabama. Il n’est même pas rentré sur les terres américaines, remontant au large de la côte Est en direction du Canada. Cependant, ce lâchage politique n’a pas été apprécié par Louis Uccellini, le responsable du service “quand les téléphones et les réseaux sociaux ont commencé à s’agiter vers 10 heures du matin le 1er septembre, ils ont mis fin à ce qu’ils pensaient être des rumeurs“. Il persiste, “le bureau de Birmingham a fait cela pour empêcher toute panique”. En cela, il est rejoint par Bill Murray, président de The Weather Factory à Birmingham, “notre travail est de sauver des vies avec nos prévisions météo, pas de se préoccuper de politique”.

Il faut rappeler, que les prévisions météo, surtout concernant les ouragans, sont un sujet de plus en plus très sensible. Une prévision d’itinéraire erroné ou trop étroit peut coûter des vies, mais une prévision trop large peut conduire à l’évacuation inutile de millions de personnes. Heureusement, l’exactitude des prévisions sur la course d’un ouragan, a encore une marge d’erreur, mais elle s’est nettement améliorée depuis les années 1970. A ce sujet, Bill Murray fait remarquer que la gestion de Dorian est une belle réussite, car les prévisions ont assez vite montré que l’ouragan éviterait la Floride. Par exemple, cela a permis d’éviter la fermeture inutile de l’aéroport de Miami.

De son côté, Donald Trump, a continué sa tempête de tweets en expliquant, que l’affaire était artificiellement entretenue par les médias. Il évoque une nouvelle fois, un brumeux “fake news”.

Apparemment, il n’y a encore aucune protection efficace contre les présidents qui veulent faire “la pluie et le beau temps” sur les réseaux sociaux et les médias.

Crédit photo : romain paget

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez