L’ONU dans le rouge, menacée de fin de mois difficiles

L’ONU dans le rouge, menacée de fin de mois difficiles

0

Les temps sont durs pour tout le monde et la vénérable institution que représente L’ONU, à des fins de mois difficiles. Depuis septembre, le budget de fonctionnement de l’ONU accuse un déficit de plus de 200 millions de dollars. Par contre, si dans certains cas, c’est difficile de cerner précisément la cause des problèmes, du côté de l’ONU, c’est assez simple, certains Etats ne payent pas entièrement leurs contributions. Très rapidement, les salaires des fonctionnaires pourraient ne pas être versés.

Le secrétaire général de l’Organisation, Antonio Guterres, évoque “la pire crise de trésorerie des Nations unies depuis près d’une décennie“. Evidemment, les détracteurs de ce que le Général De Gaulle a appelé une fois “le grand machin” objecteront que cela coûte trop cher et que l’organisation, qui ne sert pas à grand-chose, n’a qu’à faire des économies et réduire son train de vie.

Il reste, que 64 pays doivent de l’argent à l’ONU. A ce jeu-là, aucun camp ne peut faire la morale à d’autres, car si pour acheter des armes, rien n’est trop beau, pour essayer de régler les conflits, tout le monde se fait tirer les oreilles. Parmi les mauvais payeurs, on retrouve donc le Venezuela, la Corée du Nord et la Corée du Sud, mais aussi l’Israël, le Mali ou l’Arabie Saoudite. Il faut noter, que la palme revient à quelques très mauvais payeurs accusant de gros retards, que sont les Etats-Unis, le Brésil, l’Argentine, le Mexique et l’Iran.

Afin de faire taire les mauvaises langues, Antonio Guterres, a expliqué qu’heureusement que l’Organisation a anticipé depuis le début de l’année en mettant au fur et à mesure en adéquation ses dépenses et ses revenus. Sans cela, le trou financier aurait pu atteindre 600 millions en octobre et altérer la tenue de l’Assemblée générale de l’ONU, fin septembre avec les dirigeants de la planète.

Le secrétaire général en a profité pour remercier les Etats, heureusement majoritaires qui ont payé, à savoir 129 sur 193 Etats membres. Cela correspond à 70 % du montant total nécessaire aux activités inscrites au budget ordinaire de 2019. Cependant, il prévient de la possibilité de reporter des conférences et des réunions et de revoir à la baisse les services à fournir.

A titre indicatif, le budget de fonctionnement de l’ONU pour la période 2018-2019, séparé des crédits pour les opérations de paix, avoisine les 5,4 milliards de dollars. Le montant restant dû pour 2019 au titre du budget ordinaire est de 1,386 milliard de dollars. Est-ce un gros effort pour promouvoir la paix ? Ou juste, pas la même ligne comptable à activer ?

Crédit photo : ilyass-seddoug

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez