Le choix de la date d’une grève ne se fait pas au hasard

Le choix de la date d’une grève ne se fait pas au hasard

0

 

Comme toute chose, une grève demande un minimum d’organisation pour en tirer un maximum d’efficacité. Cela concerne, la forme, la nature, le lieu. Au milieu de ces préparatifs, il s’agit aussi de déterminer une date. Comme pour le reste, le choix de celle-ci ne doit rien au hasard. Les syndicats, ont l’habitude de prendre en compte tous les paramètres pour motiver leurs troupes.

Cette fois, ce sera le 5 décembre, ce jour est notamment déterminé par la prédominance et l’importance du mouvement dans le domaine des transports. C’est d’ailleurs, le syndicat de la RATP, qui a initialement proposé la date. Il faut aussi prendre en compte, le fait que le caractère illimité des préavis de grève puisse déboucher sur l’éventualité d’un conflit social, qui pourrait durer plus longtemps que prévu.

En fait, une grève à ce moment-là, permet notamment à certains agents d’être sécurisés financièrement grâce au 13e mois. Les grévistes de la régie parisienne toucheront leur 13e mois juste avant la grève. Grâce à cela, ils vont pouvoir tenir financièrement. Bien sûr, Bruno Poncet porte-parole du Sud-Rail, retient cet argument comme décisif dans le choix, notamment du côté des agents SNCF. Il assure, qu’il n’y a “aucune arrière-pensée de ce genre” chez les cheminots.

Mettre la pression sur les fêtes

Un autre argument, a pesé dans le choix de cette date, il s’agit de la proximité des fêtes de fin d’année. Des troubles sur cette période engendrent de grandes inquiétudes dans tout le secteur du commerce. Jean-Christophe Delprat, de Sud-RATP explique, “décembre est également un mois stratégique économiquement, avec une forte consommation pour les fêtes. Choisir ce mois est une façon supplémentaire de mettre la pression sur le gouvernement”.

Tout cela, pour augmenter la pression sur le gouvernement et donner plus de poids au mouvement. De nombreux syndicalistes sont confiants sur le suivi de cette action. Bruno Poncet affirme, “on voit des gens se déclarer, alors que d’habitude, ils n’étaient pas grévistes, c’est le signe qu’une mobilisation d’ampleur se prépare, et pas que chez les cheminots”.

Il est évident, que la grève dans le transport sera la base, mais celle-ci pourrait s’étendre à de très nombreux salariés du privé et du public. Sur ce plan-là, le choix de la date tient compte aussi de l’agenda du gouvernement dans ses décisions, et le temps qu’il faut pour organiser une mobilisation conséquente dans de nombreux autres secteurs.

Crédit photo : Becagraphy

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez