La résurrection de la platine vinyle

La résurrection de la platine vinyle

0

Le vinyle n’a pas dit son dernier mot. On peut dire qu’il continue à creuser son sillon en revenant à la mode depuis quelques années. Un constat inespéré fait par le Snep (Syndicat national de l’édition phonographique) en 2018, rappelle qu’une vente physique sur cinq en musique, est un vinyle. Malgré son âge, il affiche une belle vitalité qui contraste avec le déclin du CD, qui devient le grand perdant de cette dernière décennie.

Les disques en vinyle, ont progressivement remplacé le 78 tours à partir du milieu des années 50. En France, c’est Pathé Marconi qui en 1951 pressa le premier disque microsillon. Au début des années 80, il a été remplacé par les CD. Il avait quasiment disparu avant que la musique en ligne ne détrône à son tour le CD. A partir de là, certains amateurs de vinyles, ont progressivement ressuscité leurs vieilles platines, et les amateurs de musique jonglent facilement entre la musique en ligne et le son “vintage”, caractéristique des vieux enregistrements sur disque. Ce retournement, a surpris les professionnels du secteur, qui n’avaient pas vraiment anticipé ce renouveau, derrière le streaming qui arrive en tête dans les systèmes d’écoute.

Des ventes et un marché qui intéressent de nouveau les marques

Dans la foulée de ce come-back, les platines ont retrouvé leur place dans de nombreuses maisons et bien sûr, dans les magasins. En 2018, ce sont 165 000 platines qui ont été vendues en France. Selon l’institut d’étude de marché GfK, on enregistre une hausse des ventes de 19 % par rapport à l’année précédente. Cela représente un chiffre d’affaires global de 24 millions d’euros.

De nombreuses marques et non des moindres, ne sont pas resté à rien faire, et ont largement suivi le mouvement. Sony et JVC par exemple, se sont positionnées sur ce marché en pleine renaissance. Dans le sillage, on retrouve aussi des marques plus spécialisées dans l’équipement audio-phonique, comme Rega, Audio Technica, Pro-Ject, Marantz, Auna, ou House of Marley.

Suivant vos priorités, les platines proposent des spécialités différentes. Elles prennent en compte votre utilisation et le type de musique écoutée. Certaines personnes sont plus sensibles au son et aux réglages, d’autres ne peuvent pas se passer des dernières techniques. Les modèles sont donc très divers, et évidemment à des prix variables. Les premiers prix démarrent autour de 70 euros environ, pour grimper jusqu’à 900 euros pour les modèles un peu plus perfectionnés. Le prix moyen d’une platine vinyle tourne autour de 200 euros.

Un renouveau au plan mondial

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez