Le coronavirus met en évidence l’extrême inégalité sociale aux Etats-Unis

Le coronavirus met en évidence l’extrême inégalité sociale aux Etats-Unis

0

Le coronavirus et son impact, comme toutes les tragédies de portée mondiale, agissent comme un révélateur. Chaque pays à sa façon de réagir, mais aussi des moyens différents. Nous touchons et sommes confrontés immédiatement aux avantages et aux défauts de notre propre système. Cependant, il en est de même pour tous les autres pays. C’est ainsi que du côté des États-Unis, le coronavirus a mis en lumière l’extrême inégalité sociale, qui est de mise dans le pays. Si la maladie ne fait pas de détails et touche les riches et les pauvres, la différence de traitement plaide pour une protection sociale plus globale.

Les problématiques sont simples, mais nombreuses et elles gênent une action efficace à tous les niveaux. Par exemple, de nombreux Américains ne se font pas dépister pour le Covid-19, car ils ne veulent pas, ou ne peuvent pas payer les coûts du test, qui ne sont pas couverts par leur assurance. Ensuite, en cas de doute, d’autres ne veulent pas arrêter de travailler, car ils ne bénéficient pas de congés maladie payés. A cela, il faut rajouter tous ceux qui s’inquiètent d’une quarantaine forcée de 15 jours, alors qu’ils ne seront payés que cinq ou sept jours au titre de congés maladie. 

Comme toujours dans les temps difficiles, les moins bien lotis, payent le prix le plus fort. Les travailleurs doivent choisir, soit ils décident de prendre le risque d’attraper ou de propager la maladie, soit ils restent à la maison et ils ne gagnent pas de quoi nourrir la famille et payer les crédits de la maison. Cela constitue un clivage fort entre les républicains, surtout le Président actuel et les démocrates. Les dernières négociations entre les 2 Partis, ont cependant permis de mettre en place un dépistage gratuit y compris pour ceux qui n’ont pas d’assurance. Il est aussi question d’un arrêt maladie de 2 semaines, et jusqu’à 3 mois pour des raisons familiales ou médicales. Enfin, la proposition de loi prévoit également un accès plus aisé à l’assurance-chômage, ainsi qu’aux bons alimentaires, notamment pour les enfants privés d’école.

Pour toutes ces mesures, Donald Trump, joue  la carte des mesures provisoires et temporaires. Pas question pour lui, de pérenniser des mesures qui pèseraient sur son budget une fois la pandémie passée. Il reste, que l’actualité se chevauche, car si 73 % des travailleurs du privé bénéficient d’un congé maladie, ce taux tombe à 43 % pour les personnes travaillant à temps partiel, notamment celles du secteur de la restauration et de l’hôtellerie. Si on schématise, cela veut dire, que si un riche mange au restaurant, il peut être infecté par les serveurs.

On le sait bien, rien ne vaut un bon ennemi commun, pour resserrer les liens d’un pays. Il reste, que resserrer les liens dans ce cas-là, ce n’est pas vraiment le but recherché. La solution passe par des décisions sanitaires techniques, et des mesures sociales, plus globales, le tout mené par le gouvernement central. En bref, c’est tout ce que les Américains ont horreur, cependant, les Etats-Unis vont bientôt atteindre 1 500 cas, d’infection au nouveau coronavirus.

Crédit photo : Marc ROUX

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez